Annulé ou pas le GRP s’est fait plus tôt que prévu !

Dans une semaine aurait du se dérouler le GRP. N’étant pas inscrit mais ayant deux amis du club qui devaient le faire nous nous sommes dit il y a de ça deux mois que nous ferions une étape de 50 km qui reprend plus ou moins le tracé de cette course mythique dans les Pyrénées. Finalement nous ne partirons qu’à deux puisque mon autre ami s’est blessé durant la première course post confinement (trail de la Barousse) : la cheville à pris un coup. Ainsi ce dimanche 16 août après quasiment une semaine de repos forcé (je suis parti à Palma des Majorque pour mes vacances) nous sommes parti dans la réserve naturelle de Néouvieille.

  • Nom : Pic du Bastan depuis Artigues
  • Localisation : Campan
  • Kilométrage : 23 km
  • Dénivelé : 1650 m
  • Durée : 5h30 (3h15 aller – 2h15 retour)
  • Niveau de difficulté : Intermédiaire(voir le tableau des niveaux de difficultés)
  • Spécificité : Faire attention à la monté du Pic du Bastan qui reste technique. De même pour les crêtes si vous décidez de descendre par là (pas de chemin, que de l’escalade)

Départ à 4h45 de Pau

C’est un réveil pas trop difficile à 4h15 grâce à l’excitation d’aller à la montagne surtout de bonne heure. J’ai rejoins Maxime (un autre fou qui porte mon prénom) au niveau de l’autoroute sous une pluie battante… Bon… maintenant qu’on est levé, pluie ou pas pluie on est partis !
Environ 1h20 de route plus tard nous voilà à 6h30 sur le parking d’Artigues qui se trouve un peu après Bagnères-de-Bigorre et au début de la montée du Col du Tourmalet direction la Mongie.
On finit de se préparer, on regarde la carte IGN histoire de voir ce qui nous attend : 46 km avec un peu plus de 3000 m de dénivelé positif.

7h nous voilà sur les sentiers du GR10C

Sur la moitié du parcours il était prévu que nous prenions le GR10C une variante du mythique GR10. Malheureusement Maxime n’étant pas en forme nous avons décidé à partir du 12ème km de faire demi-tour.
Sur ce début de parcours beaucoup de brouillard/brume qui nous empêchait de voir bien loin et nous mouillait nos vêtements.

Réservoir des Laquets et Laquettes de Gréziolles

Après 6 km nous avons pu déjà apercevoir dans tout ce brouillard le Réservoir des Laquets (2041 m), un lac artificiel avec un barrage sans doûte pour la centrale hydraulique que nous avons pu voir en plus bas vers le parking d’Artigues.

Ce n’est que le début d’une petite série de lacs mais seul ceux après 2100 mètres d’altitude sont plus visibles car nous avons commencé à passer au dessus des nuages

Le Laquette de Gréziolles (2119 m) est le premier que nous avons pu contempler (cf. image au dessus).

Sur le trajet il y avait beaucoup de framboises et de myrtilles. Étant dans le parc national je m’en suis tenu à une seule de chaque (pas forcément très bien mais la tentation est bien trop grande !). Évitez d’en manger c’est aussi préserver la faune et la flore présente en montagne qui depuis quelques années est de plus en plus dérangée par la présence humaine qui ne cesse d’augmenter. Cette croissance est d’autant plus visible cette année avec la COVID-19.

9h40 Arrivée au refuge du Campana

Déjà 2h40 de marche, que de la montée avec 943 mètres d’altitude de gagné et un peu plus de 8 km de course/marche. Une allure vraiment tranquille avec un manque de jus pour Maxime, qui aujourd’hui est sa première course depuis un petit moment. La fatigue se ressent, ça ne sert à rien de forcer au risque de se blesser.

On arrive donc au Lac de Campana avec le refuge au bord, plutôt moderne et mignon.

10h05 Direction le lac de la Hourquette et le beau temps !

Plus on monte plus on a du beau temps et un ciel dégagé. Rien ne sert de déprimer lorsque le soleil se cache… il suffit juste d’aller le chercher ! Après presque 10 km de brume et sans pouvoir voir au loin nos belles montagnes des Pyrénées, avoir un tel ciel dégagé fait du bien au moral.

Enfin, peu après 10h on est arrivé au Lac de la Hourquette. On s’est arrêté pour faire un point sur le parcours.

Lac de la Hourquette vu du Col de Bastanet (il a une forme très arrondi)

10h20 Col du Bastanet pour accéder au Pic du Bastan

Toujours sur le GR10C nous avons monté le Col d’un Bastanet, col qui se trouve juste avant le Pic du Bastan. Une fois en haut une vue magnifique sur le Lac de la Hourquette ainsi que les lacs supérieurs côté Saint-Lary. Au loin on voit un tapis de nuages qui va jusque très loin.. on en voit pas la fin et ce, des deux côtés (Saint Lary et Artigues). On décide de monter le Pic de Bastan. Là, environ 30 minutes d’ascension avec les 10 dernières plutôt techniques puisque ça ressemble plus à de l’escalade qu’à de la randonnée. Une partie que j’ai particulièrement adoré surtout avec la vue que nous offre la hauteur ! Au dessus des nuages il fait beau tandis qu’en bas il pleut… le TOP !

Vu du Pic de Bastan à mi-acension
On peut apercevoir à droite le Pic du Midi de Bigorre (pic avec l’antenne blanche)

11h Pause déjeuner puis décision de faire demi-tour

Crêtes par lesquelles nous sommes redescendu

Maxime étant fatigué nous avons pensé plus sage de faire demi tour maintenant avant qu’il ne soit trop tard pour une telle démarche. Pour s’amuser un dernier coup avant de repartir dans le froid et la pluie nous avons descendu le Pic par les crêtes sur notre gauche. Une superbe partie, dangereuse mais vraiment kiffant !

13h Retour à la pluie et au mauvais temps !

Dès lors que nous sommes redescendu le froid s’est fait ressentir puis la brume ainsi qu’une faible pluie nous ont empêché de voir à plus de 10 mètres. Un retour qui se fait en descente, donc, assez rapide : à 15h15 nous étions à la voiture.

Refuge de Campana avec un temps moins clément.

Une superbe randonnée que je recommande, plutôt simple. Si vous prévoyez de faire le Pic il faudra faire très attention car il y a tout de même des parties techniques. Juste avant la montée j’ai vu des gens déposer leurs sacs pour monter plus léger. Il est vrai qu’il est difficile de monter avec un bagpack.

Le parcours interactif

Téléchargements GPX/TCX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous les droits réservés à Maxime OUTDOOR - 2020